Lutter contre la pollution lumineuse

Image de la ressource
Les conséquences de l’excès d’éclairage artificiel ne se limitent pas à la privation de l’observation du ciel étoilé. Elles sont aussi une source de perturbations pour la biodiversité (modification du système proie-prédateur, perturbation des cycles de reproduction, des migrations…) et représentent un gaspillage énergétique considérable.

Catégories :

Energie, Forêts, biodiversité et espaces verts

Sommaire du dossier

Lutter contre la pollution lumineuse

La pollution lumineuse, liée directement aux activités humaines, a pris de l'ampleur ces dernières années. Elle a un impact sur l'éclairage public, pour la faune et la flore. Les collectivités ont un rôle à jouer pour diminuer les impacts de l'éclairage nocturne.

L’éclairage public représente également l’une des principales sources de pollution lumineuse pouvant avoir des impacts indéniables sur la biodiversité locale nocturne. Dans le cadre des plans climat-air-énergie territoriaux, lorsque l’intercommunalité à l’origine de ce plan exerce la compétence en matière d'éclairage, le programme d'actions comporte un volet spécifique à la maîtrise de la consommation énergétique de l'éclairage public et de ses nuisances lumineuses. (loi de transition énergétique, article 188). De plus, les nouvelles installations d'éclairage public sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat et de ses établissements publics et des collectivités territoriales font preuve d'exemplarité énergétique et environnementale conformément à l'article L. 583-1 du code de l'environnement. (article 189)

Un nouvel arrêté est paru au Journal officiel le 28 décembre 2018 afin de limiter les nuisances lumineuses pendant la nuit. Il impose de nouvelles plages horaires pour l’extinction des lumières, de nouvelles normes techniques et un volet de contrôle. Pour plus d'informations.

 

Vos ressources en PDF

Ressource supprimée. Annuler