Alimentation - faits et enjeux

Image de la ressource
Invisible de la plupart des diagnostics air - énergie - climat, l'alimentation n'en constitue pas moins un enjeu majeur des stratégies de transition des territoires. Elle constitue en effet un des postes clés des émissions et des consommations d'énergie ainsi qu'un élément principal de notre santé et de notre qualité de vie. Ce thème est également un lien entre les thèmes énergie climat et les d'autres sujets : activité économique, logistique, commerce, etc.

Catégories :

Alimentation

Sommaire du dossier

L'alimentation, un enjeu clé pour les territoires

Maîtriser l'approvisionnement en alimentation : "Nul ne s'en occupe"

 

"Il est inutile de demander par le biais de quelle autorité centrale, ou de quel système de contrôle, une ville comme Londres est approvisionnée chaque jour en vivres. "Nul ne s'en occupe". Par exemple,  personne n'a veillé à ce qu'une quantité suffisante de nourriture atteigne la capitale en 1855 pour alimenter 2,5 millions d'êtres humains durant cinquante-deux semaines. Et pourtant cet approvisionnement ''a bien eu lieu''. " George Dodd, The Food of London, Londres, 1856.

 

Les territoires considèrent de plus en plus l'importance de reconnecter les citoyens avec leur alimentation et face aux enjeux environnementaux souhaitent maîtriser une partie de l'approvisionnement de leurs territoires. Différentes stratégies sont à l’œuvre, notamment en matière d'agriculture urbaine. Cependant, cette politique doit être mener en cohérence avec une politique foncière et commerciale volontariste.

Parfois à rebours d'initiatives privées promettant une alimentation urbaine, parfois hors sol et sans agriculteurs, certains territoires ont développé des programmes ambitieux pour s'assurer une certaine capacité de production alimentaire : c'est notamment le cas de Mouans-Sartoux, première ville de France à créer sa propre régie municipale agricole bio. Par ailleurs, il est difficile d'estimer la part de la production produite par les particuliers dans leurs potagers. Il s'agit d'un véritable enjeu, en particulier pour les territoires pavillonnaires. Plusieurs exemples dans l'histoire ont montré le potentiel de production des particuliers. Ainsi, pendant la secondaire guerre mondiale, la campagne "dig for victory" a été mise en place pour développer la production domestique. Les britanniques ont ainsi couvert la moitié de leur besoin en fruits et légumes par la production des jardins ouvriers.

Des villes comme Grenoble, Rennes ou Albi se sont positionnées en leader en matière de politiques d'alimentation locale.

Terre de liens a mis au point un convertisseur pour estimer les besoins en surfaces agricoles d’une population donnée. Ce convertisseur permet de mesurer la réalité des projets "d'autosuffisance alimentaire".

 

La restauration collective

La restauration collective est un véritable enjeu pour les collectivités. Ces repas sont notamment destinés à des publics les plus fragiles (enfants, personnes malades, personnes âgées). Concernant les cantines scolaires, cela représente plus d’un milliard de repas par an, de la maternelle au lycée. Les enfants sont en plein développement cérébral et donc plus sensibles aux apports nutritifs ainsi qu'aux intrants chimiques (Le développement cérébral des enfants est affecté par certains pesticides Source : Etude INSERM). Par ailleurs, il existe un véritable enjeu à maîtriser les apports en protéines. En effet, les quantités de viande sont beaucoup trop importantes aujourd'hui pour l'alimentation des enfants, entraînant des conséquences environnementales fortes Deux fois trop de viande à la cantine

Les cantines scolaires seront dans l'obligation en 2020 de proposer des repas avec 20% d'aliments bio (ou provenant d'exploitations en conversion) et 40% d'aliments provenant d'agriculteurs locaux.

 

Mieux manger pour être en meilleure santé

« Que ton alimentation soit ta première médecine », Hippocrate(5e siècle av. J.-C.). L'alimentation, nécessaire à la vie humaine, conditionne, selon sa qualité, la santé des hommes. L'intervention de la collectivité dans l'alimentation de ses citoyens est aussi liée à la volonté de préserver la santé des habitants du territoire. En effet, la mauvaise alimentation est aujourd'hui suspectée d'être à l'origine de l'augmentation forte du diabète et de l'obésité, de certains cancers et maladies neurodégénératives. Trop de sucre, de mauvaises graisses, de perturbateurs endocriniens (liées aux intrants agricoles) sont à l'origine de nombre de ces pathologies.

Je souhaite m’inscrire à la newsletter

Vos ressources en PDF

Ressource supprimée. Annuler